Saudade de Ouro Preto de Daniel Masse (Danmasse)

L'équipe d'OD propose des diaporamas finalisés qu'elle apprécie et souhaite vous faire découvrir.
Ils sont accompagnés d'interviews pour vous permettre de faire connaissance avec leurs auteurs.
Règles du forum
Nous choisissons des diaporamas finalisés et diversifiés, de qualité, sans critères restrictifs.
Ils vous seront présentés au compte-gouttes, l'ordre de passage étant aléatoire.

De nombreux diaporamas sont déjà présentés par l'équipe d'OD qui est seule à les choisir.
Nous contacterons les auteurs au fur et à mesure.

Nous vous invitons à déposer vos commentaires sur les œuvres mises en ligne et leurs interviews.
"Ce qui est beau est fait pour être partagé"
Bonne découverte.
Répondre
Avatar du membre
danmasse
Messages : 40
x 8

Saudade de Ouro Preto de Daniel Masse (Danmasse)

#1

Message par danmasse »

Introduction :

Nous avons choisi de mettre en Coups de cœur Daniel MasseDanmasse sur nos ondes ) pour son montage Saudade de Ouro Preto.
Ce montage qui décrit une tranche de vie personnelle au Brésil dans les années 1964-68 permet de rebondir sur son oeuvre et ses nombreuses passions (voyages, montagne, minéraux).
Faisons la connaissance de Daniel, de cette ville de Ouro Preto et des personnages qui l'animaient à cette époque.



L'auteur :
Daniel est né en 1938 à Valenciennes par hasard... Sa famille paternelle est ancrée dans les Hautes-Alpes. Comme son père, Daniel est ingénieur métallurgiste. Pour la plus grande partie de sa carrière, il a travaillé dans une société fabricant des tuyaux de fonte servant au transport d’eau potable, ce qui l’a amené à visiter de nombreux clients, dans près de 100 pays.

Parcours photographique :
Daniel est tombé dans la photo vers 14 ans quand il a eu son premier appareil photo, une Retinette.
Et depuis, en voyage ou en alpinisme, il a toujours un appareil photo avec lui, et même souvent deux : un petit pour les photos « souvenirs » tirées sur papier, et un reflex pour les photos destinées aux diaporamas.
La révélation de l’AV remonte à 1976 où il découvre ébloui et ravi, la discipline lors d’un stage photo dirigé par Jean Prissette. Il s’y essaie de suite avec 2 projecteurs de focales différentes en passant au départ les images à la main !
Dès que son emploi du temps le permet, Daniel qui a trouvé le Club FLI Pompey, spécialisé dans la multi vision (6 projecteurs), réalise des montages panoramiques qui sont projetés dans les communes voisines avec succès… Une véritable épopée de logistique à l’époque !
Le travail en Club (il est toujours adhérent) lui permet de voir ce que font les autres, d'apprendre leurs techniques et de découvrir des sujets auxquels il n’a pas pensé, et ainsi de progresser, mais encore de rencontrer des amis partageant la même passion. 
La participation à des forums comme OD et Diapositif qu’il visite chaque jour, a pour lui la même finalité et permet surtout de profiter des critiques constructives dans l’atelier.

Objectif : 
- « Quand je fais un montage, je cherche à le rendre accessible au plus grand nombre, en espérant faire passer un bon moment au spectateur… et surtout : je cherche à montrer quelque chose de beau…  »
- « J’ai un très grand plaisir à côtoyer les réalisateurs AV qui sont des gens extrêmement curieux, très sensibles à la perfection et à la beauté, capables de maitriser des outils complexes… » 
 
0 x
Ne perds jamais l'occasion de voir quelque chose de beau !
http://www.vimeo.com/channels/danmasse

Avatar du membre
danmasse
Messages : 40
x 8

Re: Saudade de Ouro Preto

#2

Message par danmasse »

Découverte d'un auteur à partir de son montage "Saudade de Ouro Preto ":

1/ Tu aimes la rencontre des autres. Dans Lynchburg, Virginia 1975, tu fais parler les contremaîtres de ta fonderie, ici tu décris familièrement les gens d’Ouro Preto. Quel accueil a reçu ta famille dans cette ville et comment as-tu fait pour t’insérer dans la vie locale ? Parles-tu portugais ?
Avant de vivre à Ouro Pretro, j’avais déjà passé 2 mois au Brésil en 1961. Préparé grâce à mon copain Assimil et après 2 mois d’immersion, il est possible de maîtriser cette langue latine assez correctement. Puis j’ai vécu en famille à Ouro Preto, de 1964 à 1969, où j’étais le seul Français (en dehors de 2 ou 3 personnes qui comprenaient assez bien le français). La maitrise totale de la langue m’a pris quelques mois, mais je n’avais pas le choix : je devais donner des cours de Thermodynamique Métallurgique…
Les Brésiliens sont un peuple très chaleureux, et, de plus, ils aiment beaucoup les Français – d’ailleurs, l’Ecole des Mines de Ouro Preto a été fondée par un Français, Henri Gorceix, à la fin du 18ème siècle, sur le modèle des Ecoles de Mines françaises. Nous avons donc été fort bien accueillis, d’autant que j’y étais en famille.

Aux USA, j’ai fait un premier séjour en 1963/64, à l’Université de Penn State, principalement des contacts estudiantins. Puis je suis retourné travailler aux USA de 1971 à 1975, à Lynchburg (Virginie), dans une usine que Pont-à-Mousson venait de vendre à une société américaine. Nous avions alors 3 jeunes enfants, scolarisés à Lynchburg. Nos contacts étaient uniquement avec des américains, et toujours excellents.  Dans mon montage sur Lynchburg, j’ai justement voulu montrer une autre image des USA : celle d’une petite ville, habitée par de braves gens simples, généreux et chaleureux. 

2/ Ton regard et ta façon de croquer les gens d’Ouro Preto sont assez touchants. Les personnages sont-ils imaginaires à partir de photos de rue ou le rappel de souvenirs réels d’une époque révolue ?
Oui, je l’avoue : les personnages sont imaginaires – mais réalistes, je pense…
Dès que je le pouvais, j’allais me promener en ville (avec mon appareil photo) et j’essayais de fixer des souvenirs.
Je tirais ensuite les photos dans le labo photo de l’Ecole, en N/B.

3/ Avec la description de ton parcours personnel à la fin du montage, on finit sur une séquence émotion. Est-ce d’après toi la clé du succès de ce montage ?
Je me suis en effet souvent demandé si cette note personnelle avait une influence sur le nombre de vues… Peut-être tout simplement les brésiliens ont-ils été intéressés de voir comment était cette ville historique, dans les années 60 ?

4/ Le voyage et la découverte de pays étrangers et de cultures étrangères semblent inscrits dans tes gènes. Est-ce ta grand-tante Anna qui t’a donné le virus ? J’ai l’impression que tu as ne prédilection pour l’Amérique que ce soit du Nord ou du Sud ?
Il est possible en effet que le fait d’avoir eu un grand père qui a passé 30 ans à s’occuper de moutons dans l’Ouest américain ait eu une influence…
Mais ma grande découverte a été de comprendre la différence entre l’essentiel (le partage d’un simple bol de riz) et les attitudes dues à la culture qui n’ont pas la même signification d’un pays à l’autre. On apprend à observer…
On apprend aussi que l’image donnée d’un pays par les médias ne correspond pas forcément à ce que l’on peut observer sur place, quand on établit un contact proche avec les gens.
Les Amériques m’ont en effet attiré, pour plusieurs raisons :
- Les paysages sont extraordinaires
- La maîtrise des langues qui y sont parlées qui nous permet à Dominique et moi d'avoir de vrais contacts.

5/ L’environnement de ce montage est une ville dans la montagne. Que représente la montagne pour toi ? Si j’en crois le nombre de tes AV qui en parlent, elle t’est chère… Est-ce ton terrain de jeu ?
Je me considère comme étant de Gap, à la porte du Massif des Ecrins.
Je me souviendrai toute ma vie de mon premier contact avec la haute montagne, où m’a emmené un ami de mon père. J’ai découvert qu’à quelques heures de marche de la voiture existait un monde extraordinaire de beauté… et j’ai ensuite consacré tout mon temps libre à la montagne. J’ai d’abord suivi des stages de formation, pour acquérir l’expérience indispensable pour pouvoir ensuite faire des ascensions sans guide, sous ma propre responsabilité en accompagnant 1 ou 2 personnes… en ayant ainsi la liberté de mes horaires et celle de m’arrêter pour prendre des photos… J’ai recherché toutes les occasions de faire connaitre la haute montagne et sa beauté à ceux qui ne la connaissaient pas, y compris au travers de mes AV.

6/ Tu écris à la fin du montage que l’école des mines où tu as enseigné, est devenue le musée des minéraux. Je crois que tu as une passion pour eux, comme en témoigne tes 2 montages (Les peuples cristallins et Topaze impériale). Peux-tu en dire quelques mots ?
L’Ecole des Mines de Ouro Preto a été convertie en musée. Je me souviens de ma première visite du Musée de Minéralogie de l’Ecole : je n’avais jamais vu de cristaux naturels aussi beaux ! Alors, profitant de mon séjour sur place, à proximité des carrières où ces cristaux avaient été trouvés, j’ai acquis ma propre collection, petit à petit. Mes spécimens sont maintenant exposés chez moi. A chaque instant, j’ai un plaisir infini à les regarder, tout simplement… ils sont si beaux… et entièrement naturels, tels qu’ils sont sortis de terre (un peu nettoyés, quand même !).

7/Quelle est la genèse de ce montage ?  Réfléchis-tu avant de voyager aux futurs montages et prises de vue que tu vas faire ou construis-tu tes montages en fonction des photos que tu rapportes? 
Je n’arrive pas à partir en voyage avec une idée de montage en tête (sauf exception). J’essaie de rapporter de belles images, et j’essaie ensuite de trouver un lien pour en faire une histoire…Dans le cas de Ouro Preto, j’avais une collection de photos N/B, et j’ai inventé ce scenario…J’admire beaucoup ceux qui sont capables de partir de l’histoire, pour ensuite faire les images correspondant à leur scenario…

8/ Tu es un réalisateur qui trouve des solutions pour mettre en scène des photos verticales (ici usage de triptyques comme dans Lama ou Llama ). Tu utilises aussi souvent des masques. Une raison ou une prédilection particulière ?
« Lama ou Llama » était à l’origine un montage panoramique en argentique. Je l’ai repris sans guère le modifier.
J’essaie d’éviter les images verticales – mais parfois, il n’y a pas d’autre solution…
Et j’aime bien les masques : ils permettent d’animer une image d’une façon que je trouve agréable…

9/ Tu commences et termines ton AV en couleurs avec un corps de montage en N&B. Au cœur du montage, 2 vues de l’intérieur de l’église sont étonnamment en couleurs, pourquoi ? Avec ce début et cette fin en couleurs, voulais-tu traduire qu’en 2015, date de la création du montage, 50 ans après cette époque de ta vie, ton passé reste vivant, bien que lointain ?
Oui, j’ai mis des photos couleur en début et fin du montage, pour signifier que ces paysages ont peu changé depuis… Et j’ai mis le plafond de l’église en couleur car je trouve que la couleur est ici particulièrement importante…Les autres photos sont en N/B : je n’en ai pas de semblables en couleur… A l’époque, il n’y avait pas de labo Kodak au Brésil en 1964-1969.
 
0 x
Ne perds jamais l'occasion de voir quelque chose de beau !
http://www.vimeo.com/channels/danmasse

Avatar du membre
danmasse
Messages : 40
x 8

Re: Saudade de Ouro Preto

#3

Message par danmasse »

Côté technique :

10/ Quel matériel as-tu utilisé et quelles difficultés as-tu rencontrées pour avoir un aussi bon rendu dans le scan de tes photos ?
Les photos sont toutes scannées par un scanner Super Coolscan 9000 ED (Nikon) qui est un appareil destiné aux pros. Il permet aussi de scanner des images 6x6 produites par un Hasselblad que je possède. Le logiciel que j’utilise est Vuescan. Il faut apprendre à le paramétrer, mais il peut tout faire.

11/ Quel matériel photo as-tu utilisé pour ce montage ? Quel est ton matériel actuel ? Es-tu Raw ou Jpg ?
A l’époque, j’avais probablement un Kodak Retina Reflex IV. J’ai maintenant un Canon 5D MIII : c’est un super engin, dont je suis loin de maitriser tous les réglages… Et je fais du raw, bien entendu. J’ai acheté récemment un nouveau smartphone, un Google Pixel 3a, que j’ai choisi à cause de la qualité de ses photos et qui remplace le petit canon que j’avais toujours sur moi pour les photos souvenirs.

12/ A lire tes interventions sur OD, tu aimes bien explorer les divers outils mis en ligne sur la toile. Quels sont ceux que tu utilises pour faire tes montages (post-traitement, son, vidéo, montages) ?
L’informatique, et les ressources auxquelles on peut maintenant accéder, m’ont toujours fasciné, je m’y suis intéressé dès l’achat de mon premier « ordinateur » en 1981 !
Pour la photo, j’utilise en priorité Lightroom 6. Souvent, je passe un coup de Photoshop CS6, en association avec NIK.
Pour la vidéo, j’ai longtemps cherché, mais je suis pour l’instant avec Filmora 9, qui me convient bien.
Et pour les montages, je ne jure que par PTE, bien entendu…

13/ De quel matériel disposes-tu pour t’enregistrer ? L’emportes-tu en voyage ? Quels conseils donnerais-tu pour faire un bon enregistrement (de soi ou d’autrui) ?
En voyage, j’utilise un enregistreur digital, l’Edirol R-09HR. J’emploie de préférence un micro séparé, le petit Sony ECM-MS907. 
Quand je fais des enregistrements chez moi, je branche le micro directement sur l’ordinateur, via un boitier externe Sound Blaster. Je retravaille ensuite mes enregistrements avec Audacity (excellent pour atténuer les bruits de fond) et avec Cool Edit Pro (devenu Adobe Audition), un vieux programme dont j’ai l’habitude.
Je trouve en effet bien souvent que les commentaires enregistrés sont un point faible des montages amateurs. Etudiant, j’ai suivi des cours de théâtre, où j’ai beaucoup appris. Ayant souvent fait des présentations publiques, je conseille à celui qui veut s’enregistrer d’imaginer qu’il se trouve devant une audience, et d’éviter absolument de lire son texte : baisser la voix en fin de phrase est un défaut fréquent… Il faut dire le texte, en s’adressant au public. 

A ce propos, François Busnel vient de conclure un concours de lecture à voix haute, destiné aux élèves du secondaire : la séance finale, où ont été désignés les vainqueurs, a été diffusée le 26 août 2020 sur la 5.  A voir ici d’excellents conseils y sont donnés sur la façon de lire un texte.
 
0 x
Ne perds jamais l'occasion de voir quelque chose de beau !
http://www.vimeo.com/channels/danmasse

Avatar du membre
danmasse
Messages : 40
x 8

Re: Saudade de Ouro Preto

#4

Message par danmasse »

En conclusion :

14/ Ton montage sur cette ville d’Ouro Preto fait beaucoup d’audience sur Vimeo (> 8600 vues). Comment expliques-tu ce succès ?
Je ne sais pas bien… Peut être parce que les Brésiliens sont un peuple sentimental ?

15/ Quel rêve photographique as-tu ?
Je me suis rendu compte récemment d’une évidence en écoutant Douglas Tompkins (voir Parque Patagonia) : depuis toujours, je recherche en priorité le Beau… J’aimerais partager cette recherche… J’ai donc déjà lu beaucoup de textes évocateurs du Beau (Dieu sait qu’il y en a beaucoup !) mais je n’ai pas encore trouvé comment réaliser une œuvre originale sur ce sujet…

                                                               ---------------------------------------------------------------------------------------------

Daniel, sincères mercis de nous avoir permis de mieux te connaître : d'une part, par le partage de ton parcours et ta démarche au travers de cet AV Saudade de Ouro Preto et  d'autre part par l'évocation de quelques autres montages représentatifs de tes passions.
A vous maintenant amis lecteurs sur OD, de visionner ce montage et de le commenter. :magic
 
Vous pouvez retrouver Daniel sur sa chaîne Vimeo.

Interview réalisée par Pepita en septembre 2020 et publiée le 30/09/2020.
 
0 x
Ne perds jamais l'occasion de voir quelque chose de beau !
http://www.vimeo.com/channels/danmasse

Avatar du membre
PepitaFrance
Equipe OD
Messages : 293
Ville : Issy Les Moulineaux
Logiciel : PTE8
System : Windows 10
Ram : 16
Boitier : Sony NEX-6
x 15
x 24

Re: Saudade de Ouro Preto de Daniel Masse (Danmasse)

#5

Message par PepitaFrance »

:merci infiniment Daniel d’avoir accepté cette interview pour la reprise de la rubrique « coups de cœur ».

C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai pris connaissance de tes réponses à mes questions.
Cette interview m’a permis de mieux te connaître : ton parcours, tes motivations, tes sources d’inspiration et la technique que tu utilises.
Merci également pour les conseils formulés à propos de la diction d’un texte.

Ton intervention à propos de la beauté fait écho chez moi. La recherche de la beauté des choses, des êtres et des paysages que j’aime et leur partage sont sans doute un moteur pour moi aussi.
Ton intervention à propos de la rencontre de l’autre et le partage d’un simple bol de riz m’ont touchée. L’essentiel de ce partage en dit long sur la bienveillance vis-à-vis d’autrui.
0 x